51zTl4nLpVL

Raphaël et Véronique semblent former un couple bien assorti : tous deux carrièristes, ne voulant pas d'enfants, aimant faire la fête avec leurs amis, ayant une certaine estime d'eux-même. Mais voilà qu'un soir,  peu de jours avant de partir en déplacement, Raphaël annonce à Véronique qu'il en aime une autre. Le week-end se passe mal. Véronique décide de prendre une dizaine de jours de congés pour faire le point.

Mon avis : C'est un roman très introspectif. Passée la soirée de scène de ménage, le roman est alors centré sur les pensées et les quelques actions de Véronique. Raphaël a droit à quelques chapitres mais dans une moindre importance.

C'est à la fois psychologisant et philosophant : Véronique revient sur son enfance, sur le personnage hautain et supérieur qu'elle s'est créé, sur sa relation avec Raphaël. Elle découvre la solitude, le fait d'avoir du temps pour soi. Cependant, elle ne semble pas trouver de réponse stable, définitive.

Le style rend bien cet aspect réflexif avec certains passages qui suivent le cheminement de la pensée. Les paragraphes sont assez courts cependant l'essentiel y est dit.

Les deux personnages sont de classes sociales aisées et le décor est parfaitement planté, peut-être un peu trop même.

A part quelques passages un peu émouvants, quand Véronique semble se laisser aller, j'ai trouvé qu'elle restait assez froide et j'ai eu du mal à éprouver de la sympathie pour cette femme qui traverse pourtant quelque chose qui la bouleverse profondément.

Merci à Babelio pour cet envoi.

Ce titre est ma lecture végétal du 70633897_p