51BY3zme1JL

Goebbels, ministre de la propagande d'Hitler, a qualifié le jazz de musique dégénérée et l'a interdit. Mais en 1942 le moral des Allemands commence à sérieusement baisser et il veut créér une "musique de danse accentuée rythmiquement". Il va donc faire appel à Dussander un vieil homme qui est un musicien et joueur de jazz à la retraite. Il confie à celui-çi la mission de former un orchestre. Dussander va donc traverser de grandes villes allemandes où des jeunes gens musiciens et chanteurs espèrent être pris. Mais Dussander est d'une exigence redoutable et Müller, le fonctionnaire qui l'accompagne, a bien du mal à faire changer le vieil homme d'avis. Un pianiste va être trouvé par ce moyen. Un saxophoniste sera trouvé un peu par hasard. Müller imposera un contrebassiste et enfin un batteur sera trouvé dans la rue. Le travail va pouvoir commencer dans la maison de Dussander pour apprendre à ces garçons à jouer ensemble car le calendrier imposé par Goebbels est très serré : enregistrement, passage à la radio, tournée de concerts.

Mon avis : Si le thème s'inspire d'un fait qui a vraiment existé, Goebbels voulant créer un groupe de jazz, le reste est fictif. Il est d'ailleurs très intéressant de lire la note de l'auteur à la fin du roman pour comprendre les sources utilisées pour créer cette fiction.

J'ai dévoré ce titre avec beaucoup de plaisir. La constitution du groupe est effectivement le moment important et j'ai trouvé passionnant de voir comment Dussander s'y prenait pour faire découvrir le jazz, musique interdite, à ces jeunes gens et aussi pour créer un esprit de groupe entre eux.

La société allemande de l'époque me semble bien décrite : une partie fascinée et obéissante, une autre sceptique et enfin une dernière partie en opposition, muette ou assumée. Le lecteur pourra d'ailleurs rencontrer les membres de La rose blanche, un groupe de Résistants allemands.

Bien entendu la guerre est très présente dans ce récit avec les bombardements et l'effort de guerre demandé à la population mais aussi les théories racistes des nazis que ce soit à l'égard des tziganes, des juifs ou mêmes des enfants handicapés.

Je regrette presque que ce ne soit pas plus long car il y aurait eu des éléments qui auraient pû être un peu plus développés comme les relations entre certains personnage, leur personnalité ou leur sentiments et aussi la fin.

Merci aux éditions Bayard jeunesse pour l'envoi de cette nouveauté pour les cafés littéraires de 2012/2013.

70633897_p, catégorie sport, loisirs