51kkK-4Bp8L

Saturnine se présente dans une maison de maître parisienne pour une colocation vraiment très intéressante. Elle discute avec une femme qui attend pour l'entretien. Cette dernière l'informe de la sinistre réputation du maître des lieux : ses huit précédentes colocataires ont disparu et qu'assurément elle sera choisie. Alors que Saturnine s'apprête à partir, Don Elemirio Nibal y Milcar entre dans la pièce et la désigne comme sa future colocataire. Mais Saturnine est bien décidée à ne pas être la neuvième disparue.

Mon avis : J'en ris encore rien que d'y repenser ! J'ai trouvé que c'était d'un humour particulier, la signature d'Amélie Nothomb.

Ce qui m'a vraiment plu, c'est que l'ogre barbe bleue devient vraiment un personnage "tarte" avec parfois des tirades complètement boufonnes comme par exemple la fois où il dit je vous aime à Saturnine parce qu'elle trouve que le jaune et l'or s'allient à merveille. Rien que le nom du personnage m'a fait rire, ses caractéristiques, sa passion pour la cuisine et la couture qui dédramatisent complètement. Pourtant au milieu de toute cette ironie, une sorte d'humour noir apparaît parfois, aussi ridicule soit-il Don Elemirio n'en reste pas moins un serial killer fou.

J'ai trouvé que le thème de la pièce interdite était peut-être trop présent et que du coup le lecteur peut deviner la fin facilement.

C'est une lecture que j'ai dévoré à partir de la moitié du livre, je vous avoue que le côté philosophie de l'amour ne m'a pas forcément convaincu car la fin pose tout de même la question de la justice ( en tout cas c'est l'interprétation que j'en fait)

,Rentrée-Littérraire-V2-logo, euh oui, je suis en retard, toutes mes excuses;-) si je devais donner une note, je dirais 16,5.

logochallenge2, 8ème titre

70633897_p, couleur pour ma 7ème ligne

PAL +1 = 44