515RFCEPMBL

Henry Blain est chef cuisinier à la prison de Strangeways. Cette dernière est en pleine mutinerie et parmi les arguments des mutins, il y a le problème de la nourriture qu'on leur sert, la surpopulation, la fermeté des peines pour des délits mineurs. Henry lui profite de l'occasion car il habite juste en dessous de la prison pour accueillir journalistes ou badauds, moyennant finance, pour leur proposer le spectacle des mutins sur les toits. Il rencontre Louise, journaliste pour l'anglican tribune et va avoir une relation avec elle.

Mon avis : Je m'étonne encore de l'avoir lu en entier. C'est une histoire très particulière car le personnage d'Henry est vraiment celui d'un anti-héros, détestable au possible. C'est un homme manipulateur et revanchard, doublé d'un obsédé sexuel serial killer.

Je ne sais pas si ce qui m'a le plus gênée c'est l'aspect parfois vulgaire et ordurier adopté dans le récit pour dépeindre l'art culinaire d'Henry, les magouilles financières révélées par la mutinerie, la structure du récit, qui repose sur un gros retour en arrière et ensuite une fin très rapide qui ressemble à une sorte de crescendo dans la folie ou tout simplement le fait que l'auteur nous emmène dans une sorte de curiosité malsaine qui donne envie de lire le roman malgré tous les points négatifs évoqués.

C'est aussi un roman politique qui dépeind les années Tatcher sans complaisance et où les médias anglais semblent jouer une place importante.

69898500_p, 18ème titre

70633897_p, partie du corps pour la 8ème ligne

PAL +1 = 46