51H6flLlzxL

Une femme regarde son jardin et un jeune arbre qui n'était pas là la veille y est planté. Dans la rue, un homme regarde une maison, dans le quartier on l'appelle la barraque pourrie. La femme demande à cet homme s'il connaît le nom de cet arbre et lui indique que c'est bien un hêtre. L'homme s'appelle Marc Vandoessler et voudrait s'installer dans la maison avec son parrain. Mais comme il n'en a pas les moyens financiers, il cherche des colocataires. Il pense à Mathias Delamare, historien comme lui mais pour la préhistoire. Ensemble, ils vont trouver un troisième homme, Lucien Devernois, spécialiste de 14-18. Tous ont 35 ans et pas de véritable situation. Après avoir fait des travaux, la voisine qui les écoutait et les trouve amicaux, vient leur demander un service : creuser sous l'arbre pour vérifier s'il ne cache pas quelque chose, quelque chose comme un cadavre...

Mon avis : J'ai adoré !

D'abord parce que j'aime beaucoup Fred Vargas et son talent pour écrire à la fois des situations qui peuvent être angoissantes mais avec beaucoup d'humour, en dédramatisant les situations avec un vocabulaire souvent particulier. L'intrigue est également solidement menée : pourquoi cet arbre ? qui en veut à Sophia ( la voisine) ? Pourquoi son mari semble-t-il si indifférent ? Pourquoi disparait-elle ?

Ensuite j'aime beaucoup les colocataires de la barraque pourrie : ils se chamaillent parfois au sujet de leur spécialité historique mais ont chacun un tempérament qui finalement les rend complémentaires. J'ai apprécié de savoir comment ces hommes que l'on croise dans d'autres titres de Fred Vargas en sont venus à habiter ensemble. J'aime beaucoup comment Fred Vargas arrive en plus à cultiver le lecteur en parlant par petites touches des recherches de nos historiens.

Bien entendu la voix de Paul Barge est très agréable à écouter : il sait parfaitement jouer sur le rythme de la lecture et sur le ton à adopter pour rendre cette lecture très vivante !

77158541_p, 26 ème titre

emprunt

PAL +1 = 35