5109QPDexCL

En 1919, la guerre est finie mais est encore très présente dans les esprits. Le juge Lantier vient interroger le soldat Jacques Morlac. C'est un juge militaire mais c'est là sa dernière affaire. Sur la place, un chien aboit depuis que Morlac est emprisonné. Ce chien appartient à Jacques et lorsque le juge va arriver et commencer à interroger Jacques, il va cesser d'aboyer.

Mon avis : C'est un récit très intéressant qui allie histoire et policier.

Le juge est un personnage narrateur et c'est lui qui fait avancer l'histoire au grès de ses entretiens avec Jacques mais aussi les gens du village et celle que l'on peut qualifier de compagne de Jacques. Le juge est très professionnel mais aussi très humain.

L'intrigue avance lentement car on ne découvre qu'à la fin de quoi Jacques est accusé et en même temps c'est très plaisant, cela crée un suspens intéressant.

C'est un texte où le mauvais personnage est celui de la guerre, comment elle influence les hommes et les pousse à s'entretuer.

Il y a aussi en filigranne l'amour, à travers deux histoires : celle de Jacques et Camille ( euh là je ne suis plus sûre du tout du prénom, car cela fait 15 jours que je l'ai fini :-( ) et aussi entre Jacques et son chien.

Jean-Christophe Ruffin a une voix assez grave et il donne bien le ton de ce roman : un roman engagé qui évoque la guerre avec un certain mépris, cela se sent surtout dans les propos de Jacques. C'est aussi un roman qui veut encourager le devoir de mémoire et on sent bien qu'il y a une certaine admiration pour ces hommes qui ont vécu la Grande Guerre. Il est d'ailleurs très intéressant d'écouter l'hommage en fin de livre.

88164116_p 9/25

92919254Couleur pour la 4ème ligne

PAL +1 = 34

Emprunté à la médiathèque Le Phénix