IconeMenuCoupDeCoeur-300x241

Félix Ardévol est un brillant séminariste, à tel point qu'il est envoyé à Rome pour finir ses études. Bien qu'il soit excellent dans l'apprentissage des langues, il commence à éprouver moins de goût pour les études et rencontre une jeune fille.

Adria Ardévol, le fils de Félix, raconte ensuite sa vie familiale, avec des parents qui veulent absolument diriger son éducation et faire de lui un génie des langues et du violon. 

Mon avis : Quelle histoire et quel talent de la part de l'auteur ! Et aussi du lecteur !

La construction narrative est vraiment impressionnante : il y a une multitudes d'histoires dans l'histoire et de point de vue différents, ce qui fait que par moment j'ai eu l'impression d'être perdue. Heureusement, cette impression ne dure pas longtemps, il y a toujours un lien, un lien qui se construit aussi au fil de l'histoire entre ces micro-histoires, pour raccrocher au récit principal de la vie d'Adria.

Bien entendu, il y a un nombre de personnages assez élevés mais là aussi, il y a suffisamment de choses dites sur eux pour les rendre tous compréhensibles et en faire de vrais personnages qui ont un rôle important pour faire avancer l'intrigue.

Le récit se déroule en grande partie dans l'Espagne Franquiste et il y a aussi de nombreuses références à la Seconde Guerre Mondiale, en particulier à la déportation des Juifs dans les camps. Certaines parties du récit montrent bien les méfaits de la dictature, de la censure, de la façon dont certaines personnes abusaient de leur place pour faire du profit, des dénonciations. Certains passages sont vraiment durs, éprouvant et aussi émouvant. Plusieurs fois j'ai eu les larmes aux yeux en écoutant ce récit.

C'est aussi une histoire d'amour, celle d'Adria et de Sarah, un amour impossible et là aussi sans tomber dans le mièvre, les sentiments des personnages sont touchants.

Il y aurait tant à dire aussi sur l'érudition, les différentes rencontres d'intellectuels, l'apprentissage des langues dont la nécessité du latin et du grec pour comprendre les racines des langues actuelles ( oups visiblement au ministère on n'a pas dû lire ce livre...), le travail d'universitaire, les projets d'écritures d'Adria et de son ami Berna, la place de la musique, etc. Comme dirait Dany Boon : Public, Il faut liiiiire ! 

Je n'ai pas encore parler du lecteur. Là aussi je ne peux qu'être admirative, d'abord parce que l'histoire est longue mais aussi parce qu'il rend très bien cette foule de personnages en leur donnant un petit quelque chose avec sa voix et aussi avec des tonalités vraiment expressives et parfaitement adaptées à l'histoire. 

Une standing ovation pour Jaume Cabré et Bertrand Suarez-Pazos ! 

98438537 TITRE  EN UN SEUL MOT pour la 4ème ligne

les-anciens-sont-de-sortie1-300x300