Parce qu'un accident d'autocar a eu lieu récemment, le père de Nicolas tient absolument à ce que ce soit lui qui emmène son fils à la classe de naige où se rend sa classe. Nicolas qui n'était déjà pas très à l'aise avec ce voyage en est d'autant plus géné. Et le pire semble s'annoncer lorsqu'en rentrant dans le centre du séjour, Nicolas découvre que son père a gardé son sac de voyage dans le coffre.

Mon avis : Un récit court qui traite très bien les relations parent-enfant lorsque les enfants commencent à grandir et aspire à plus d'autonomie.

Le personnage de Nicolas est vraiment surprenant : il semble mal à l'aise, étouffé par le carcan familial et il se réfugie dans son imagination, laquelle est débordante et l'entraîne parfois dans des scènarios aux tonalités très particulières.

C'est contrairement à ce que pourrait faire penser le titre, un texte très angoissant car en effet par petites touches, l'intrigue prend une tournure de drame psychologique. Comme il y a énormément de non-dit c'est au lecteur d'essayer de rassemble les morceaux pour comprendre la situation.

Je crois que c'était la première fois que je lisais un texte d'Emmanuel Carrère. Je lirai peut-être d'autres textes parce que, paradoxalement, j'ai aimé sa façon d'écrire mais pas trop la façon dont il met le lecteur en état de doute.

Un lecture qui donne froid dans le dos et qui peut convenir à des troisièmes bons lecteurs, c'est d'ailleur le public ciblé par cette édition scolaire.

107416690_q   VOYAGE pour la 1ère ligne

thrillerpolar-pativore2 18ème titre