A vingt ans, un jeune homme décide de quitter son petit village et se fait engager sur un cargo pour y faire fortune. Vingt ans plus tard, ayant gravi les échelons, il souhaite revenir chez lui mais découvre un village en ruine et un gigantesque chantier inachevé à son emplacement.

Mon avis : Cela faisait un moment que je n'avais pas lu un titre de cette collection où un auteur doit écrire un texte à partir d'une série de photographies.

Ce titre emmène le lecteur dans une ambiance très particulière et aussi très probablement en Afrique du Nord, en Algérie.

Le texte et les photographies sont très complémentaires pour créer cette idée de retour aux sources rendus impossible à cause de la modernité. Il y a comme une impression de paysage de fin du monde, de survie difficile, de retour en arrière technologique comme si finalement au lieu de moderniser cet endroit, les hommes ont du revenir à la vie sauvage.

C'est un peu angoissant comme lecture à cause de la solitude ressentie par le personnage principal narrateur et de situations où le lecteur sent qu'un danger est menaçant sans trop savoir quel est ce danger.

On sent qu'il y a une critique d'une politique d'urbanisation complètement illogique, absurde : vouloir peupler en masse un endroit isolé alors qu'il y a d'une part une opposition des habitants locaux et d'autre part, aucune demande extérieure pour habiter cet endroit.

107416690_q

VOYAGE pour la 4ème ligne chez Enna