Dans un futur proche, la douleur émotionnelle peut-être éradiquée, cela est même obligatoire pour les mineurs.

Silas voit sa petite amie Astrid être victime d'un accident de voiture. Face au choc, il est aussitôt emmené pour subir un effacement. Mais tout ne se passe comme cela devrait : Silas croit voir Astrid et préfère même parfois avoir des sentiments tristes plutôt que de devenir un peu bête ou insensible.

Mon avis : Un très bon livre de science fiction à conseiller aux 3èmes.

C'est un livre comme je les aime : une intrigue bien ficelée et qui cherche à faire passer un message auprès du lecteur.

J'ai trouvé ce thème trés intéressant parce qu'effectivement l'adolescence est encore souvent une période d'insouciance mais où les personnalités qui se construisent le font de manière différente et aussi en fonction de ce qui est vécu.

L'aspect scientifique est un peu évoqué et je ne vais pas rentrer dans les détails parce que ce qui me semble le plus important c'est aussi l'aspect éthique qui est fortement développé mais par petites touches ce qui contribue à enrichir le message du récit.

Face à cette solution de l'éradication de la douleur, il y a deux camps très manichéens : les "pour" et les "contre". Cependant cela est traité de manière intelligente ; les arguments de chaque camp sont présentés pour amener le lecteur à progressivement aller vers un camp.

J'ai bien aimé l'alternance des points de vue puisqu'après une première partie consacrée à Silas, c'est Astrid qui devient la narratrice et cela contribue grandement à l'aspect sentimental du roman; ce qui pourra plaire aux lecteurs qui aiment les histoires d'amour mais sans que ça deviennent trop pesant dans l'histoire.

Je n'en fait pas un coup de coeur parce qu'à certains endroits j'avais comme l'impression que l'auteur a du se limiter, qu'elle arrêtait une bonne idée, un developpement pour passer rapidement à autre chose ce qui laissait un sentiment de frustration et de passer à quelque chose de complètement différent.

107416690_q COULEUR pour la 5ème ligne chez Enna