Yankov, 11 ans, fait partie des quelques enfants survivants du camp de Buchenwald quand les soldats américains viennent libérer le camp. Pourtant cette libération se fait progressivement et Yankov doit réapprendre beaucoup de choses : manger, dormir et ensuite choisir une destination où aller, apprendre la vie en communeauté, retourner à l'école mais surtout le simple fait de vivre quand tous les siens ont péri dans les camps.

Mon avis :  Une lecture coup de coeur pour ce roman.

Je pensais le lire vite, il n'est pas très épais. Cela n'a pas été possible, j'ai dû faire des arrêts tant le thème est difficile mais aborder de façon vraiment sensible.

Bien sûr le parcours du jeune Yankov est déjà en lui-même très touchant. Ce parcours est abordé par petites touches parce que lui-même a des difficultés pour raconter tout d'un coup ce qui a été un enfer pour lui et sa famille.

Ce qui m'a encore plus touchée dans cette lecture c'est le style de l'auteur qui joue très souvent sur les sonorités des mots. Les phrases et les paragraphes sont souvent courts ce qui peut donner une lecture rapide mais il y a de nombreuses assonnances et cela donne un aspect encore plus profond au texte. Comme si finalement ce roman était une sorte de long poème en prose en hommage aux victimes de la Shoah et en mémoire de ceux qui ont aidé les survivants à se recontruire.

Je n'ai pas lu les autres textes de la sélection des incorruptibles pour l'année 2015/2016 pour les 3ème/2nde mais celui-ci mérite largement la première place !

107416690_q    PRENOM pour la 6ème ligne