Edité chez Robert Laffont en 2017, 495 p. CDI du collège

Premières phrases : " Nous sommes tenus, par la loi, de conserver une trace écrite des innocents que nous tuons.

Et à mon sens, ils sont tous innocents. Même les coupables. Tout le monde est coupable de quelque chose, et tout le monde recèle une part d'innocence qui remonte à l'enfance, quoique ensevelie sous des couches et des couches de vie."

A la page 100 : " Son frère fut distant. Et elle eut même du mal à parler à sa mère. Elle lui posa des questions maladroites, tachant de faire la conversation."

J'aime : Quelle lecture surprenante et captivante !

Imaginez un monde où les humains sont devenus immortels pourtant il faut bien réguler la population alors la communauté des faucheurs a été créées. Eux seuls ont le pouvoir de donner la mort.  

Ce roman est vraiment très intéressant : à la fois initiatique, proche de la science-fiction et presque philosophique ou même politique. Il pousse vraiment le lecteur à voir la mort de différentes manières. Certes certains passages sont macabres en restant sobres alors que d'autres sont de vraies débauches de violences. 

J'ai vraiment aimé l'écriture de cet auteur qui n'hésite pas à employer du vocabulaire et à écrire au passé simple. Le sujet est finalement traité avec des touches d'humour et il est possible de s'identifier à certains personnages. J'ai vraiment envie de lire la suite et de voir ce que donnera l'adaptation cinématographique !

Même si ce premier volume a sa fin propre, il y a certaines questions, certains élèments qui n'ont pas eu de réponses.

Pour quel public : Grands adolescents, jeunes adultes, à partir de la 3ème pour des bons lecteurs

logo petit bac MORT pour la 1ère ligne