Publié aux Presses de la cité en 2016. 531 p.

Premières phrases : " Bergerie d'Arcanu, le 23 août 1989

        - Clo ? Clo ?

        Tu me estas dando mala vida

        - Clo ?

        Lentement, Clotilde fit glisser le casque posé sur ses oreilles. Contrariée. La voix de Manu Chao et les cuivres de la Mano Negra grésillèrent dans le silence des pierres chaudes, à peine plus forts que les grillons derrière les murs de la bergerie."

A la page 100 : " - Que vois-tu, Valentin ?

Elle hésita.

- Rien.

Cervone exulta.

- Tout à fait, rien ! La Corse est un paradis, une des plus belles îles du monde, un don du ciel, et qu'en ont-ils fait ?"

 

J'aime : L'auteur n'a pas son pareil pour planter un décor et aussi beau, aussi paradisiaque soit-il, il y fait naître une ambiance très particulière : le malheur plâne, les morts vont bientôt suivre.

J'ai beaucoup aimé le personnage principal de cette histoire, cette Clotilde ado rebelle en 1989 et qui revient en Corse en 2016 pour rendre hommage à sa famille et de façon plus ou moins consciente elle va réveiller cette vieille histoire et va se retrouver à mener son enquête.

J'adore l'intrigue, toujours en rebondissements, en analyse des indices et qui repose sur la recherche des témoins et témoignages : bref le drâme qui s'est joué en 1989 est assez complexe.

Le titre me faisait penser à Mistral Gagnant : Le temps est assassin et emporte avec lui le rire des...adolescents ;-)

Je n'aime pas : rien à déclarer.

 MORT pour la 2ème ligne

107416690_q

 

Challenge polar 2017/2018 chez Sharon : 1er titre