22 août 2017

LES VALISES de Sève Laurent-Fajal

Publié en 2016 chez Gallimard, 307 p. Emprunté au CDI du collège Premières phrases : " .1  Orléans, dimanche 9 mai 1982, 21h43 Je mets exprès mon sac sur le siège à côté demoi pour que personne ne vienne s'y asseoir. Même Josy, j'ai pas envie de lui parler. De toute façon, ça me fatigue d'avance ce voyage en car. Jérôme et sa cour se sont installés tout au fond." A la page 100 : "8. Le mercredi après-midi, Annie m'emmène faire les magasins. C'est bien la première fois que je fais ça avec une adulte. D'habitude, c'est avec... [Lire la suite]

19 juillet 2017

MERCI de Zidrou et Monin

Publiée chez Bamboo éditions en 2014, 64 p. Empruntée au CDI du collège Extrait de la présentation de l'éditeur : Bredenne, dans la Marne. 9974 habitants et presque autant d’âmes. On parie combien que vous ne connaissez pas ? Faut dire aussi : entre Disneyland Paris et Bredenne, le choix est vite fait. Un peu trop vite peut-être… Merci Zylberajch, bientôt 16 ans et gothique jusqu’au bout des ongles, a commis des actes répréhensibles, comme on dit. Elle n’était pas seule, mais elle a décidé de porter le chapeau. Ses actes n’en... [Lire la suite]
Posté par vive_les_betises à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
09 juillet 2017

Le temps est ASSASSIN de Michel Bussi

Publié aux Presses de la cité en 2016. 531 p. Premières phrases : " Bergerie d'Arcanu, le 23 août 1989         - Clo ? Clo ?         Tu me estas dando mala vida         - Clo ?         Lentement, Clotilde fit glisser le casque posé sur ses oreilles. Contrariée. La voix de Manu Chao et les cuivres de la Mano Negra grésillèrent dans le silence des pierres chaudes, à peine plus forts que les... [Lire la suite]
Posté par vive_les_betises à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
21 avril 2017

Il était 2 fois dans L'OUEST de Séverine Vidal

Publié chez Sarbacane en 2015 et chez Les incorruptibles en 2016, 187 p. CDI du collège Premières phrases : " 1 L'envol Sans prévenir, Solal m'a sauté dans les bras. Et puis il m'a serrée comme si on n'allait plus jamais, jamais, jamais se revoir." A la page 100 : " Mon instinct d'Indien des plaines me souffle que c'est louche. Quant à mon imagination de fan de films d'horreur, elle marche à 200 à l'heure. Plus vite que les secours apparemment." J'aime : C'est facile à lire. Cela donne une vision concrète de la façon dont vivent... [Lire la suite]
20 avril 2017

M.O.N.S.T.R.E. 2. Larmes de SIRENE de Hervé Jubert

Edité chez Rageot en 2014, 219 p. Emprunté à la médiathèque Le Phénix. Premières phrases : " Confins de Chimera, au bord de la faille, sous l'oeil de la lune mauve, deux ans plus tôt. Les braconniers se sont arrêtés pour la nuit. Ils comptent sans doute rejoindre le pont du passeur. Lorsqu'ils l'auront traversé, il sera trop tard pour agir." A la page 100 : " - J'ai besoin d'air. La colère habite l'héritier. Une collère que Dickens a du mal à comprendre. - Soyez prudent lui conseille-t-il." J'aime : la première de couverture que... [Lire la suite]
Posté par vive_les_betises à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
19 avril 2017

LA FAUCHEUSE. 1 de Neal Shusterman

Edité chez Robert Laffont en 2017, 495 p. CDI du collège Premières phrases : " Nous sommes tenus, par la loi, de conserver une trace écrite des innocents que nous tuons. Et à mon sens, ils sont tous innocents. Même les coupables. Tout le monde est coupable de quelque chose, et tout le monde recèle une part d'innocence qui remonte à l'enfance, quoique ensevelie sous des couches et des couches de vie." A la page 100 : " Son frère fut distant. Et elle eut même du mal à parler à sa mère. Elle lui posa des questions maladroites, tachant... [Lire la suite]
Posté par vive_les_betises à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

08 avril 2017

Skeleton Creek. 2. ENGRENAGES de Patrick Carman

Publié en 2011 chez Bayard jeunesse, 210 p. Emprunté à la Médiathèque le Phénix Premières phrases :" Dimanche 19 septembre, dans la nuit Est-ce bien moi qui fait ça ? Pourquoi met-elle tant de temps ? Il fait froid là-dedans. Je ne pourrai pas redescendre par là. L'oiseau gravé dans le bois. Pourquoi ? " A la page 100 : " 22 septembre 10H00 Je suis assis au café, seul. Je viens d'arriver. Aussitôt après avoir supprimé le mail de Sarah, je me suis recouché. Le soleil se levait, ce qui m'a rassuré." J'aime : La présentation en... [Lire la suite]
Posté par vive_les_betises à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
11 mars 2017

Rush. Contrat #2. Nuit NOIRE de Phillip Gwynne

Edité en 2015 chez Casterman, 259 p. Premières phrases : " Jeudi. 01. Le syndrome de la cigale - Ne regarde pas, ne regarde pas, me répétai-je à l'approche de la villa des Havilland. Mais ce fut plus fort que moi. Il fallut que je lève la tête. Comme je m'y attendais, Imogen ne se trouvait pas à la fenêtre de sa chambre." A la page 100 : " Charles Bonthron était membre de mon équipe de demi-fond, mais nous n'étions pas vraiment amis. Pourtant sa voix  fit l'effet d'un coupe-circuit sur mon esprit en surchauffe." J'aime... [Lire la suite]
11 mars 2017

Rush. Contrat #1. Dette de sang de Phillip Gwynne

Edité en 2015 chez Casterman, 301 p. Emprunté à la Médiathèque le Phénix Premières phrases : " Samedi. 01. Accident de terrain Le jour de mes quinze ans, à 5H30 du matin, mon Iphone cracha à plein volume les premières notes de "who let the dog out", l'une des pires daubes musicales de tous les temps. Je repoussai les draps, me dressai d'un bond, titubai jusqu'à l'angle opposé de la pièce puis frôlai l'écran tactile afin de mettre fin au supplice." A la page 100 : " - On pourrait fabriquer une corde avec des draps, suggéra-t-elle. ... [Lire la suite]
Posté par vive_les_betises à 05:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 mars 2017

Ce qu'ils savent de Charlie Price

Edité en 2008 aux éditions Thierry Magnier, 286 p. Emprunté à la Médiathèque le Phénix Premières phrases : " Les morts pleurent-ils ? L'attente des morts était la pire solitude que Nikki avait jamais pu imaginer. Une solitude bien plus grave que celle qu'on peut éprouver à l'idée que vos amies se moquent de vous. Une solitude plus profonde aussi que celle que l'on ressent lorsque, dans le gymnase, on se retrouve à faire tapisserie alors que les autres dansent. A la page 100 : " Gates nota d'abord qu'il venait de l'est de Pioneer... [Lire la suite]